Nous sommes là pour vous aider – prêts à vous écouter, à vous soutenir et à traverser cette période avec vous.

Afin de préserver la santé et le bien-être des collectivités que nous desservons, nous éviterons de rencontrer en personne tous nos clients – nouveaux et actuels – dans nos succursales pour le moment. Nous continuerons d’avoir recours à plusieurs outils virtuels pour vous offrir nos services. En savoir plus.

Mises à jour du marché

By Tom Kersting

Les placements à revenu fixe de votre portefeuille

Depuis nombre d’années, les taux d’intérêt sont plutôt stagnants, mais nous savions que ces bas historiques ne dureraient pas éternellement. Or souvent le voir, c’est le croire. Et même si vous l’aviez prévu, maintenant que les taux ont commencé à monter et que les valeurs de vos obligations ont commencé à diminuer, c’est difficile à accepter et vous voudrez peut-être vous défaire de tous vos placements à revenu fixe. Mais ce serait une erreur car les obligations ont toujours leur importance dans votre portefeuille.

Malgré la volatilité, les obligations sont importantes

Que vous déteniez des obligations individuelles, des parts de fonds obligataires ou des unités de FNB, elles stabilisent et diversifient votre portefeuille. Les obligations tendent à évoluer à l’opposé des actions; donc posséder des avoirs dans ces deux catégories peut régulariser la performance de votre portefeuille. La composition appropriée de placements dépend de vos objectifs financiers, de otre tolérance au risque et de votre horizon temporel. Des études révèlent qu’avec le temps, plus de 90 % du rendement d’un portefeuille provient de sa composition d’actions, d’obligations et de liquidités – appelée aussi «allocation d’actifs» – plutôt que de ses placements réels. C’est surtout combien vous avez investi dans chacune de ces catégories d’actifs qui détermine la performance à long terme de votre portefeuille. 

Les taux vont demeurer volatils

Le changement prévu dans la politique monétaire de la Réserve Fédérale américaine a ranimé la volatilité du marché boursier et celle-ci devrait se poursuivre selon nous. La hausse des taux d’intérêt et la baisse des valeurs obligataires ont aussi augmenté la volatilité du marché d’obligations. À notre avis, nous continuerons à subir des fluctuations et des taux obligataires croissants à long terme à cause des changements de politique de la Fed. Pour les investisseurs qui ont besoin d’ajouter des placements à revenu fixe, la montée des taux d’intérêt signifie une hausse du revenu courant. Mais pour les investisseurs qui détiennent déjà beaucoup de placements à revenu fixe, la montée des taux et la chute des valeurs obligataires peuvent signifier une baisse de la valeur générale du portefeuille. Et puisque les obligations tendent à se négocier moins fréquemment que les actions, nous pourrions connaître des fluctuations de prix exagérées à court terme. Ne soyez pas surpris par les rebonds des taux d’intérêt et des valeurs obligataires, et rappelez-vous que ces valeurs à long terme baissent généralement plus que les obligations à court et à moyen termes.

Le portefeuille bien échelonné peut aider à réduire la volatilité

Une façon de réduire la volatilité consiste à détenir des obligations de différentes dates d’échéance. Nous hésitons présentement au sujet des obligations à long terme et recommandons qu’elles   constituent au plus 30 % de votre portefeuille de placements à revenu fixe. Les taux d’intérêt se maintiennent près de leurs bas historiques, mais nous croyons qu’ils vont monter avec le temps tout en demeurant volatils à court terme. La hausse des taux d’intérêt affecte la valeur de toutes les obligations, mais, typiquement, celles à long terme le plus. Si vous avez une surpondération en obligations à long terme, pensez à revenir à l’échelonnement d’obligations que nous recommandons afin de réduire l’incidence sur votre portefeuille d’une hausse des taux d’intérêt.

Échelonnement d’obligations recommandé

Type d’échéance Gamme recommandée
Court terme (jusqu’à 5 ans) 25 % - 35 %
Moyen terme (6 à 15 ans) 40 % - 50 %
Long terme (16 ans et plus) 20 % à 30 %

Mesures à prendre. 1. Gardez une perspective à long terme

La plupart des objectifs financiers, tel l’épargne-retraite et le confort à la retraite, sont à long terme; ne laissez donc pas l’évolution à court terme des valeurs obligataires bousculer vos plans à long terme. Certains investisseurs sont tentés d’entrer dans le marché et d’en sortir chaque fois que les taux d’intérêt et les prix des obligations changent. Or nous croyons que vous devriez acheter des obligations pour le revenu et la stabilité qu’elles procurent.

2. Revoyez la composition de placements que vous ciblez

3. Échelonnez bien vos placements à revenu fixe

Réduisez toute surpondération, surtout en obligations à long terme, car elle sera le plus affectée par une montée des taux d’intérêt. Nous recommandons qu’au plus 30 % de votre portefeuille de placements à revenu fixe soit composé d’obligations à long terme.


Bien que la récente hausse des taux d’intérêt ait suscité une baisse des valeurs obligataires, les obligations jouent un rôle important dans votre portefeuille de placements. Consultez votre conseiller Edward Jones pour vous assurer que les placements à revenu fixe se conforment à vos objectifs.

Informations importantes :

La performance passée ne garantit pas le résultat futur. La diversification ne garantit pas un profit ou ne protège pas contre une perte.
 
Avant d’investir dans des obligations, il faut comprendre les risques encause, notamment ceux liés au crédit et au marché. Les placements en obligations sont aussi sujets au risque lié aux taux d’intérêt; si ces taux montent, les prix des obligations peuvent diminuer de sorte que l’investisseur risque de perdre de la valeur en capital si le placement est vendu avant l’échéance. 
 
L’investisseur se doit d’évaluer si les obligations échelonnées de son portefeuille correspondent à ses objectifs d’investissement, sa tolérance au risque et sa situation financière.