Concentrez-vous sur la répartition stratégique de votre portefeuille

Ce que vous devez savoir

  • La relative faiblesse du marché a récemment pesé sur les portefeuilles, mais les actions à grande capitalisation ont maintenu leur élan cette année.
  • Nous nous attendons à ce que l’élargissement des marchés profite aux portefeuilles bien diversifiés en 2024.
  • Considérez les replis et les foyers de faiblesse comme une occasion, en mettant l’accent sur la diversification des catégories d’actif et sur vos répartitions stratégiques.
  • Nous recommandons de surpondérer les actions américaines à grande capitalisation, de réduire la pondération des actions canadiennes à grande capitalisation et d’adopter un positionnement neutre à l’égard de toutes les autres catégories d’actif lorsque vous investissez des liquidités supplémentaires.

Conseils pour les portefeuilles

Déterminer la répartition stratégique de vos placements vous permet d’adapter votre portefeuille à vos objectifs de risque et de rendement.

Où en sommes-nous?

L’élan soutenu des actions à grande capitalisation a contribué à la progression des portefeuilles. Les portefeuilles bien diversifiés ont profité de la vigueur relative de l’économie et des marchés boursiers américains. L’inflation a affiché une tendance à la baisse, et la Réserve fédérale a maintenu sa politique monétaire stable pour soutenir cette tendance. Les actions américaines à grande capitalisation ont continué de mener la course, malgré un léger repli à la fin de janvier causé par un changement des attentes en matière de politique monétaire.

Les actions américaines à grande capitalisation (représentées par l’indice S&P 500) ont progressé de 3 % en janvier et de 21 % au cours des 12 derniers mois, ce qui a favorisé les portefeuilles d’actions américaines. Les actions à grande capitalisation axées sur la croissance, en particulier celles du secteur des technologies, ont été des facteurs clés.

Les actions à grande capitalisation canadiennes et étrangères ont également été favorables. L’inflation s’est atténuée à l’échelle mondiale et plusieurs banques centrales des marchés développés, dont la Banque du Canada, ont fait une pause à l’instar de la Réserve fédérale. Toutefois, la détérioration des perspectives de croissance économique a pesé sur ces marchés, par rapport aux États-Unis. Tous deux n’ont progressé que de moins de 2 % en janvier.

La récente faiblesse des autres marchés boursiers a pesé sur les portefeuilles. Les actions à petite et à moyenne capitalisation sont toujours à la recherche de bases solides. Alors que les actions canadiennes et étrangères à petite et à moyenne capitalisation ont légèrement progressé en janvier, les actions américaines à petite et à moyenne capitalisation ont fait reculer les portefeuilles d’environ 1 %. Elles ont toutes été à la traîne par rapport à leurs homologues plus grandes.

Au cours des trois dernières années, ce sont les actions des marchés émergents qui ont le plus pesé sur les portefeuilles, en raison principalement de l’incertitude réglementaire et économique en Chine. Cette tendance s’est poursuivie plus récemment, malgré l’annonce d’un assouplissement de la politique monétaire par la banque centrale chinoise. Cette catégorie d’actif a chuté de plus de 3 % en janvier, arrivant derrière toutes les autres catégories d’actif.

Les rendements obligataires ont eu peu d’incidence sur les portefeuilles en janvier. Les taux d’intérêt ont légèrement augmenté, ce qui a pesé sur la valeur des obligations. Cette baisse a toutefois été en partie compensée par le revenu produit par les obligations, ce qui a amorti la chute.

Les obligations canadiennes de catégorie investissement ont fait du surplace en janvier et sont demeurées légèrement plus élevées au cours des 12 derniers mois. Malgré les attentes d’un ralentissement de la croissance économique, les écarts de taux restent limités. Les obligations internationales à rendement élevé ont conservé leur avance au cours de la dernière année, comparativement aux catégories d’actif à revenu fixe. Elles ont progressé d’environ 1 % en janvier et ont enregistré un rendement de plus de 9 % au cours des 12 derniers mois.

Quelles sont nos recommandations pour la suite?

Maintenez votre élan en définissant vos répartitions stratégiques et en surpondérant les actions américaines à grande capitalisation. Les portefeuilles bien diversifiés ont peut-être stagné au début de 2024, mais ce n’est pas surprenant compte tenu de la forte remontée qui a clos l’année 2023. Même si d’autres difficultés peuvent surgir à mesure que l’économie ralentit, privilégier la diversification et une perspective à long terme pourrait vous aider à poursuivre la réalisation de vos objectifs.

Travaillez avec votre conseiller en investissement pour passer votre répartition stratégique en revue. Nous recommandons de diversifier en incluant 11 catégories d’actif différentes. (Voir notre orientation en matière de répartition stratégique ci-dessous.) Ensuite, utilisez vos répartitions stratégiques pour harmoniser votre portefeuille au moyen de placements systématiques et de stratégies de rééquilibrage.

Nous pensons que les portefeuilles pourraient tirer parti de la vigueur relative de l’économie américaine en surpondérant les actions américaines à grande capitalisation, compte tenu notamment de la récente progression de cette catégorie d’actif, et en sous-pondérant les actions canadiennes à grande capitalisation.

Nous recommandons une pondération neutre dans toutes les autres catégories d’actif. Examinez donc les occasions d’ajouter des placements de qualité dans les marchés à la traîne, en particulier si vous affichez des sous-pondérations par rapport à vos cibles de répartition stratégique.

Profitez de la vigueur de la consommation dans votre répartition sectorielle des actions. Le rendement du marché au cours des 12 derniers mois a généralement été marqué par une concentration et un resserrement des marchés, certains grands titres axés sur la technologie devançant largement les autres. Lorsque les banques centrales commenceront à redescendre leur taux et que les économies se raffermiront, cette concentration se dissipera, ce qui profitera à ceux qui ont diversifié leur répartition sectorielle des actions.

De façon plus opportuniste, nous recommandons de surpondérer la consommation discrétionnaire et les services de communication, compte tenu de la bonne santé de la consommation ces derniers temps. Envisagez de compenser cette surpondération en sous-pondérant les services financiers, eu égard aux pressions liées aux changements réglementaires et au contexte des taux d’intérêt.

Envisagez de compléter les placements en quasi-espèces par des obligations à long terme. Les placements en quasi-espèces sont devenus de plus en plus intéressants, car les taux d’intérêt à court terme ont augmenté au cours des dernières années. Malgré cela, leurs rendements en trésorerie ont été inférieurs à ceux de toutes les autres catégories d’actif en 2023. Nous nous attendons à ce que les liquidités nuisent aux portefeuilles de placement à long terme.

Comme nous pensons que les taux d’intérêt devraient diminuer, nous recommandons de réduire la surpondération des liquidités afin d’atténuer le risque de réinvestissement d’un portefeuille. Pensez à rediriger vos placements dans des obligations à long terme pour assumer un risque de taux d’intérêt plus élevé, ce qui complétera la répartition des obligations à court terme. Cela vous aidera à profiter des avantages de la hausse actuelle des taux et du potentiel accru d’appréciation des cours obligataires.

Nous sommes là pour vous aider

Il pourrait être essentiel d’observer les replis et les foyers de faiblesse du marché pour renforcer l’élan de votre portefeuille en 2024. Discutez avec votre conseiller en investissement de la possibilité de miser sur des placements de qualité à des prix plus bas, surtout si cela permet de mieux aligner votre portefeuille sur vos répartitions stratégiques et vos objectifs de placement.

Si vous n’avez pas de conseiller en investissement et souhaitez obtenir de l’aide pour évaluer la répartition stratégique et l’harmonisation de votre portefeuille, nous vous invitons à rencontrer un conseiller en investissement Edward Jones pour discuter de vos projets et objectifs de placement.

Lignes directrices en matière de répartition stratégique de l’actif

Nos lignes directrices en matière de répartition stratégique de l’actif à long terme reflètent notre vision de diversification équilibrée pour les volets en titres à revenu fixe et en actions au sein d’un portefeuille bien diversifié, à la lumière de nos perspectives des 30 prochaines années pour l’économie et les marchés. Les pondérations exactes (pondérations neutres) de chaque catégorie d’actifs dépendront de la répartition générale entre actions et titres à revenu fixe qui correspond le plus à votre tolérance au risque et à vos objectifs financiers.

La diversification n’est pas garante de profit et ne protège pas nécessairement contre les pertes dans un marché baissier.

 Strategic asset allocation guidance
Source: Edward Jones.

Lignes directrices en matière de répartition opportuniste de l’actif

Nos lignes directrices en matière de répartition opportuniste de l’actif représentent nos plus récents conseils de placement, en fonction des conditions actuelles des marchés et de nos perspectives pour les trois prochaines années. Nous estimons que l’intégration de ces indications à un portefeuille bien diversifié peut améliorer votre potentiel de rendement sans prise de risque involontaire.

 Opportunistic asset allocation guidance
Source: Edward Jones.

Tom Larm, CFA®, CFP®

Tom Larm est stratège de portefeuille au sein de l’équipe des stratégies de placement. Il est responsable de l’élaboration de conseils et de lignes directrices en matière de construction de portefeuille, de répartition de l’actif et de rendement des placements afin d’aider les clients à atteindre leurs objectifs financiers à long terme.

M. Larm a obtenu un baccalauréat en finance avec grande distinction de l’Université d’État du Missouri, Il est titulaire d’un MBA de l’Université St. Louis et détient les titres professionnels de CFA et de CFP. Il est membre de la CFA Society of St. Louis.

Renseignements importants

Le rendement passé des marchés n’est pas garant du rendement futur.

Les placements en actions comportent des risques. La valeur de vos actions fluctuera et vous pourriez subir des pertes en capital. Les actions des sociétés à petite capitalisation ont tendance à être plus volatiles que celles de sociétés à grande capitalisation. Les placements sur les marchés internationaux et émergents comportent des risques spécifiques, notamment ceux liés aux fluctuations de change et à l’actualité politique et économique à l’étranger.

La diversification n’est pas garante de profit et ne protège pas nécessairement contre les pertes dans un marché baissier.

Avant d’investir dans des obligations, vous devez comprendre les risques qui y sont liés, notamment le risque de crédit et le risque de marché. Tout placement en obligations est également assujetti à un risque de taux d’intérêt : si les taux d’intérêt montent, les cours obligataires peuvent baisser et l’investisseur peut subir une perte en capital si le titre est vendu avant la date d’échéance.