À quel âge devrais-je commencer à planifier ma succession?

Partager :
  Deux parents sont assis sur le canapé et vérifient leur compte Edward Jones sur un ordinateur portable pendant que deux enfants jouent dans le salon.

De nombreuses personnes associent la planification successorale à quelque chose qu’elles doivent faire plus tard dans leur vie, après leur retraite, ou lorsque les enfants sont adultes. Nous croyons que l’établissement d’une stratégie successorale est une étape importante pour veiller à ce que vos affaires familiales, financières et médicales soient prises en charge si quelque chose devait vous arriver, peu importe votre âge.

Votre représentant en services financiers peut vous faciliter les choses en vous expliquant le processus, en vous aidant à établir vos priorités et en coordonnant votre équipe de professionnels en conseils fiscaux et juridiques.

Points à considérer lors de la planification de votre succession

Quel que soit votre âge,voici quelques élémentsdont vous devriez tenircompte lorsque vous commencez à planifier votre succession.

  1. Créez un testament – Un testament vous permet non seulement de nommer les personnes qui s’occuperont de l’administration de votre succession et de la façon dont vous voulez que vos actifs soient distribués, mais il peut également indiquer qui vous aimeriez désigner comme tuteurs de vos enfants si quelque chose devait vous arriver.
  2. Examinez vos options d’assurance vie – Avez-vous établi une stratégie pour couvrir les frais de subsistance de votre famille si quelque chose vous arrivait? Sinon, discutez-en avec votre représentant en services financiers. Il existe de nombreuses options (abordables) qui peuvent correspondre à différentes situations familiales.
  3. Discutez de vos volontés en matière de soins médicaux futurs – Il peut s’agir d’un sujet difficile à aborder, mais le fait d’énoncer vos volontés en matière de soins futurs peut faire toute la différence plus tard pour vous et vos proches. Une procuration pour soins de santé (peut aussi être appelée
    « procuration relative au soin de la personne », « Representation Agreement » ou « Directives personnelles », selon la province) est un document juridique qui, entre autres choses, vous permet d’établir vos volontés concernant la ou les personnes qui auront le pouvoir de prendre des décisions concernant vos soins médicaux et personnels.
  4. Passez en revue vos désignations de bénéficiaires – Quand avez-vous passé en revue les bénéficiaires de votre REER (régime enregistré d’épargne-retraite), de votre CELI (compte d’épargne libre d’impôt) ou de vos polices d’assurance vie pour la dernière fois? Le moment pourrait être bien choisi pour les passer en revue, surtout si vous avez connu un changement dans votre vie (comme un mariage ou un divorce) ou si vos enfants sont maintenant adultes, car vous pourriez vouloir les ajouter à titre de bénéficiaires principaux ou subsidiaires.
  5. Envisagez de créer une fiducie entre vifs – Vous avez travaillé fort pour être en mesure de mener la vie que vous voulez, ce qui comprend le contrôle de votre patrimoine. Une fiducie entre vifs, comme une fiducie en faveur de soi-même, peut vous aider à déterminer comment vous aimeriez que vos actifs soient utilisés ou distribués de votre vivant et après votre décès. Ce contrôle peut être important selon votre situation personnelle et familiale. La réduction des frais d’homologation (appelés « impôt sur l’administration des successions » en Ontario) pourrait aussi devenir plus importante. Dans de nombreuses provinces, les fiducies entre vifs sont également utilisées comme moyen de contourner l’homologation, ce qui peut faire économiser à votre famille le temps et les frais associés à ces procédures judiciaires publiques.
  6. Laissez un héritage – Qu’est-ce qui est important pour vous? En ce qui a trait à votre héritage, vous avez de nombreuses options, y compris les dons à des organismes de bienfaisance auxquels vous croyez. Vous ne vous rendez peut-être pas compte qu’il existe de nombreuses façons de faire des dons de bienfaisance de votre vivant qui peuvent vous procurer des avantages fiscaux, comme les dons directs, les fiducies résiduaires de bienfaisance, les rentes de bienfaisance et les fondations.

Comment nous pouvons vous aider

Ces décisions peuvent être complexes, et c’est pourquoi nous croyons qu’une approche collaborative est la meilleure solution. Votre représentant en services financiers Edward Jones peut travailler avec vous et votre équipe de professionnels en conseils juridiques et fiscaux pour établir une stratégie personnalisée qui répond à vos besoins et à ceux de votre famille.

Renseignements Importants :

Edward Jones, ses employés et ses représentants en services financiers ne sont pas des spécialistes en planification successorale et ne peuvent fournir des conseils juridiques ou fiscaux. Veuillez consulter votre avocat ou un conseiller fiscal qualifié pour en savoir plus sur la planification la plus avantageuse pour vous.