Fête du Travail : faites travailler vos placements aussi fort que vous

Published septembre 1, 2020

La fête du Travail approche. Cette année, le congé pourrait de toute évidence prendre un autre sens, compte tenu des tensions et des perturbations sur le marché du travail causées par le coronavirus. Pourtant, il est bon de reconnaître la valeur de vos efforts et de souligner leur importance dans l’atteinte de vos objectifs de vie. Cela dit, si vous voulez vivre une retraite confortable et atteindre vos autres objectifs financiers, vous devez aussi investir – et vos placements doivent travailler aussi fort que vous.

Pour y parvenir, vous devez d’abord savoir pourquoi vous investissez. Vous avez probablement divers objectifs financiers, y compris des objectifs à court terme, comme prendre de longues vacances ou l’achat d’une nouvelle voiture – et des objectifs à long terme, comme vivre une retraite confortable et laisser un héritage à votre famille. Vous ne pouvez toutefois pas investir de la même façon pour ces objectifs. Par exemple, si vous planifiez des vacances à l’étranger pour l’année suivante, vous voulez qu’un certain montant d’argent soit disponible à un moment donné. Vous cherchez donc un placement qui offre un degré élevé de préservation du capital. Toutefois, si vous épargnez en vue d’une retraite qui pourrait durer des décennies, vous devez envisager des placements qui offrent un potentiel de croissance. Quoi qu’il en soit, vous pouvez faire fructifier vos placements de façon plus efficace en les associant à des objectifs précis.

Vous voulez aussi garder vos placements « au travail ». Tout de suite après les importants replis du marché, comme ceux que nous avons observés plus tôt cette année, de nombreuses personnes cessent tout simplement d’investir. Il peut toutefois s’avérer coûteux de prendre un « temps d’arrêt ». Tout d’abord, lorsque vous cessez d’investir dans votre portefeuille, vous réduisez son potentiel de croissance. De plus, si vous décidez de vous placer sur les lignes de côté, vous pourriez rater la reprise des marchés, dont le début offre souvent les meilleurs gains.

Ce n’est pas tout le monde qui cesse d’investir après un repli; certaines personnes décident d’augmenter leur part en trésorerie et en équivalents de trésorerie. Même s’il est judicieux d’avoir suffisamment de liquidités à portée de la main en cas d’urgence (environ trois à six mois de frais de subsistance), vous ne souhaitez sans doute pas en faire la principale composante de votre portefeuille. Les liquidités ne génèrent tout simplement pas un rendement suffisant pour faire fructifier vos placements à long terme.

Par conséquent, peu importe les fluctuations du marché, il est important de continuer à investir et de conserver un pourcentage raisonnable de placements axés sur la croissance dans votre portefeuille en fonction de vos objectifs, de votre tolérance au risque et de votre horizon de placement. La valeur de ces placements fluctuera, mais plus vous les conserverez longtemps, plus vous réduirez l’incidence des baisses à court terme, surtout si vous maintenez un portefeuille diversifié, même si la diversification en soi ne peut garantir un rendement ou vous protéger contre les pertes en cas de repli du marché.

Enfin, voici d’autres moyens que vous pouvez prendre pour que vos placements continuent de fructifier : Vérifiez-les périodiquement. Passez en revue votre portefeuille au moins une fois par année pour déterminer si les rendements générés sont suffisants pour vous permettre d’atteindre vos objectifs. Si vous semblez tirer de l’arrière, vous devrez peut-être modifier la répartition de vos placements.

Vous avez probablement appris que le travail acharné est habituellement récompensé. Pourquoi la situation devrait-elle être différente pour les placements? En veillant à ce que vos placements travaillent bien, vous pouvez accroître vos chances d’atteindre vos objectifs financiers importants.

Le présent article a été rédigé par Edward Jones à l’intention de votre représentant en services financiers Edward Jones.

Edward Jones, membre du Fonds canadien de protection des épargnants.

Nombre de mots: 629