Connaître sa tolérance au risque aux diverses étapes de sa vie

Published septembre 4, 2020

Comme investisseur, vous devrez toujours composer avec un certain niveau de risque. Or, comment pouvez-vous gérer le risque mis au jour par la récente volatilité des marchés financiers? La réponse à cette question peut varier selon l’étape où vous en êtes dans votre vie.

Jetons un coup d’œil à diverses étapes de la vie et à la façon dont vous pourriez être appelé à gérer le risque à chacune d’elles :

Au début de votre carrière – À votre arrivée sur le marché du travail, vous avez quarante, voire cinquante, années devant vous avant de prendre votre retraite, vous pouvez sans doute investir principalement dans un objectif de croissance, ce qui signifie également que vous prendrez un niveau de risque plus élevé, car le risque et le rendement vont de pair. Étant donné votre âge, vous avez toutefois le temps de surmonter les replis du marché qui sont à la fois inévitables et normaux. Par conséquent, votre tolérance au risque peut être relativement élevée. Toutefois, même à cette étape, il peut être coûteux d’être trop audacieux.

Au milieu de votre carrière – À cette étape, votre carrière est bien établie et vous cherchez probablement à atteindre au moins deux objectifs financiers, comme épargner en vue de la retraite et possiblement en prévision des études postsecondaires de vos enfants. Vous devez donc continuer à investir dans une perspective de croissance, ce qui signifie que vous devrez probablement maintenir une tolérance au risque relativement élevée. Cela dit, il est judicieux de chercher à équilibrer les placements de votre portefeuille. C’est pourquoi vous voudrez investir dans une combinaison de placements qui correspond à chacun de vos objectifs.

À l’approche de la retraite – Vous avez peut-être déjà atteint certains des principaux objectifs que vous vous étiez fixés : que vos enfants ont terminé leurs études et que vous avez remboursé votre prêt hypothécaire. Vous pouvez sans doute accroître encore votre fonds de retraite, mais vous devrez toutefois réfléchir soigneusement au niveau de risque que vous êtes prêt à prendre. Comme vous allez bientôt prendre votre retraite, vous pourriez envisager de rééquilibrer votre portefeuille pour y inclure des placements plus prudents, dont la valeur est moins sensible aux fluctuations des marchés financiers. Pourquoi? Dans quelques années à peine, à votre retraite, vous devrez commencer à effectuer des retraits de votre portefeuille de placement. En somme, vous vendrez des placements, de sorte que, dans la mesure du possible, vous voudrez éviter de les vendre lorsque leur prix est bas. Même si votre portefeuille est équilibré et diversifié, vous n’êtes toutefois pas entièrement protégé contre une perte. Toutefois, vous pouvez réduire davantage le risque associé à une trop grande dépendance à la vente de placements dont la valeur fluctue en consacrant un certain pourcentage de votre portefeuille à la trésorerie et aux équivalents de trésorerie, portion qui sera utilisée pour payer vos dépenses courantes durant les années précédant votre retraite et pendant vos premières années de retraite.

À votre retraite – Une fois à la retraite, vous pourriez penser que vous ne devriez prendre aucun risque. Mais comme vous pourriez passer vingt ou trente ans à la retraite, vous êtes susceptible d’avoir besoin d’un certain potentiel de croissance dans votre portefeuille pour garder une longueur d’avance sur l’inflation. L’établissement d’un taux de retrait, soit le montant retiré de vos placements chaque année, lequel est fixé en fonction de la qualité de vie que vous désirez et de votre espérance de vie, peut réduire le risque d’épuiser votre argent de votre vivant. Bien entendu, en cas de repli prolongé du marché au cours de votre retraite, vous voudrez peut-être réduire temporairement votre taux de retrait.

Comme vous pouvez le constater, votre tolérance au risque et votre approche à cet égard peuvent changer au fil du temps. Le fait de connaître l’évolution de votre situation peut vous aider à prendre des décisions de placement plus éclairées.

Le présent article a été rédigé par Edward Jones à l’intention de votre représentant en services financiers Edward Jones.

Edward Jones, membre du Fonds canadien de protection des épargnants.

Nombre de mots: 677