Ce n’est pas facile, mais il faut passer par-dessus le délestage sur les marchés

Published septembre 4, 2020

Les temps sont difficiles. Il est normal que vous vous souciiez de la sécurité et de la santé de votre famille, et vous contribuez aux efforts visant à protéger votre collectivité des effets du coronavirus. De plus, si vous êtes un investisseur, vous devez également suivre l’état de vos finances. Comment devriez-vous réagir à la volatilité actuelle du marché et à la récente baisse de valeur des placements?

Essayez d’abord d’éviter ce que beaucoup d’autres semblent faire : paniquer. Le délestage sur les marchés peut être une source de préoccupation, mais il semble causé, du moins en partie, par la peur et la panique et non par la situation économique ou financière.

L’incertitude est grande, mais il existe des raisons d’être optimiste à long terme, ce qui nous laisse croire que les conditions demeurent favorables à un rebond. Au Canada, avant la crise, le taux de chômage était à son plus bas niveau en près de 40 ans et la croissance des salaires était élevée. Le marché de l’emploi sera grandement perturbé, une situation qui sera toutefois temporaire, et l’activité économique ralentira, mais la situation des ménages était plutôt bonne avant cette période. Les taux d’intérêt demeurent près de creux historiques, ce qui favorise le marché de l’habitation, et les décideurs ont agi rapidement pour stabiliser l’économie à court terme et soutenir la reprise qui aura lieu lorsque l’épidémie sera maîtrisée.

De plus, même si l’on s’attend à ce que la volatilité persiste et à un possible nouveau repli, les fortes baisses que nous avons déjà observées indiquent que les marchés financiers ont déjà pris en compte la probabilité d’une récession à court terme, ce qui pourrait signifier que le pire est passé sur les marchés boursiers, même s’il n’existe aucune garantie.

Tout d’abord, tout indique que les investisseurs seront rassurés seulement lorsque la situation sanitaire montrera des signes d’amélioration, ce qui finira bien par se produire en dépit des mauvaises nouvelles de ces jours-ci. La motivation, la volonté et la solidarité sont palpables au pays, qui dispose des ressources nécessaires pour éliminer le coronavirus et ses conséquences, malgré la douleur et le traumatisme qui sont ressentis à l’heure actuelle.

Revenons donc à notre question initiale : Que devrions-nous faire? Voici quelques suggestions :

  • Rappelez-vous les raisons pour lesquelles vous investissez. Compte tenu du repli du marché, vous pourriez être tenté de modifier votre stratégie de placement. Mais n’oubliez pas que vos objectifs financiers, comme une retraite confortable, ont un horizon plus lointain que le temps pendant lequel nous serons aux prises avec le coronavirus. Ce sont ces objectifs, et non les manchettes d’aujourd’hui, qui devraient guider vos décisions.
  • Réévaluez votre tolérance au risque. La récente volatilité met à l’épreuve votre capacité à composer avec les fluctuations à court terme de votre portefeuille. Si vous avez de la difficulté à tolérer de telles pertes, les placements de votre portefeuille sont peut-être trop audacieux compte tenu de votre tolérance au risque. Si c’est le cas, vous voudrez peut-être modifier la composition de votre portefeuille pour y inclure davantage de titres à revenu fixe, ce qui peut vous offrir une meilleure protection en cas de baisse. Toutefois, une telle modification aurait également une incidence sur votre potentiel de croissance à long terme.
  • Recherchez des occasions d’achat. À l’heure actuelle, les actions se négocient à une valeur qui n’a pas été aussi intéressante depuis quelques années – autrement dit, les occasions de placement attrayantes sont abondantes sur le marché. Vous pouvez trouver de nombreux placements de grande qualité à bas prix. Il ne tient qu’à vous de saisir cette occasion.

Nous vivons des moments difficiles. Comme investisseur, vous mettrez les chances de votre côté en gardant la tête froide, en adoptant une perspective à long terme, en évaluant votre propre tolérance au risque et en étant ouvert à de nouvelles possibilités.

Le présent article a été rédigé par Edward Jones à l’intention de votre représentant en services financiers Edward Jones.

Nombre de mots: 657